Dijon, adaptée au XXIème siècle

Reconquête végétale

La bataille pour le climat demande de l’imagination et de la détermination. Il n’est plus possible de concevoir l’aménagement des villes de la même manière.

Les priorités doivent changer pour offrir plus de confort et d’espaces de respiration.

Nous avons dix ans pour changer de trajectoire. Il est grand temps de mettre en oeuvre les solutions de l’écologie, au bénéfice de toutes et tous. Nous voterons un budget climatique et social, où chaque euro dépensé sera évalué selon son impact climatique et son efficacité à réduire les inégalités sociales.

  • Créer un chemin vert, avec des réseaux de rue végétalisées, réservé aux mobilités douces (piétons, cyclistes…), et reliant les différents espaces de nature entre les quartiers et l’hyper centre dijonnais.
  • Créer des îlots de fraîcheur, selon la configuration des lieux, partout dans la ville, et particulièrement dans les quartiers densifiés, en co-construction avec les habitants. Par exemple, en décembre 2019, les élus EELV ont voté contre la construction de 13 logements en face du lycée Carnot, dans un quartier très dense mais plutôt dépourvu en espaces verts. Nous privilégions la création d’un espace de respiration en coopération avec les élèves. Ce type d’opérations pourrait se reproduire partout dans la ville où cela est possible.
  • « Débitumiser » les cours d’école, les parkings…
  • Créer un festival de « jardins éphémères » pour relier nature et culture. Ce festival favorisera le lien social et le travail collectif avec les habitants, le service des espaces verts, l’ENSA, des paysagistes…
  • Labelliser “EcoJardin” les jardins et squares de tous les quartiers pour “sanctuariser” la protection de la biodiversité
  • Offrir aux citoyen.ne.s la possibilité de créer des potagers collectifs par quartier dans un but de lien social et de production
  • Mettre davantage en valeur le Parc de la Colombière afin d’obtenir le label «Jardin remarquable »

Redécouverte des cours d’eau dijonnais

Dijon a la particularité de n’avoir quasiment aucun lien avec ses deux cours d’eau, voire de les avoir partiellement oubliés.

Réintroduire les cours d’eau dans le quotidien des dijonnais permettra à la fois  d’améliorer leur cadre de vie et d’adapter le territoire au changement climatique.

  • Rouvrir le Suzon sur la rue du Général Fauconnet pour créer une promenade urbaine et un corridor écologique. Le cours d’eau sera aussi réaménagé dans sa partie sud, rue d’Auxonne.
  • Retrouver l’Ouche pour vous proposer un lieu de promenade tout le long de ce cours d’eau.
  • Développer l’éco-port du Canal avec les habitants et les acteurs économiques, futur lieu emblématique de la culture et de l’écologie à Dijon.

Un urbanisme à taille humaine pour une ville respirable et un cadre de vie préservé.

  • Encadrer les opérations immobilières pour une meilleure intégration dans le tissu urbain afin d’y installer des équipements de proximité (écoles, maisons de quartier…) et d’y intégrer de la nature en ville par le biais de jardins et vergers collectifs, de parcs et de forêts urbaines.
  • Mettre en place un plan de rénovation thermique des logements anciens à destination de l’habitat social mais également des copropriétés dégradées.
  • Privilégier l’utilisation des matériaux bio-sourcés d’origine locale (bois, paille, chanvre, ouate de cellulose, textile recyclé…) dans toutes les constructions et rénovations.

 Mobilités et qualité de l’air

  • Développer un véritable réseau métropolitain 100% vélo composé d’un réseau express constitué d’« autoroutes vélo » et d’aménagements sécurisés et continus.    pour multiplier par 4 la pratique quotidienne du vélo.
  • Généraliser les zones de circulation à 30 km/h pour une ville apaisée.
  • Organiser le réseau de transports en commun facilitant l’intermodalité (train, tram, vélo, marche) en lien avec les associations d’usagers. Par exemple, nous développerons les services vélos au plus près des arrêts de transport en commun.
  • Etudier le prolongement du tramway pour une offre de transport public élargie à un maximum d’habitants dans la ville et la métropole.
  • Impulser de nouvelles dynamiques liées à la pratique du vélo (apprentissage du vélo dans les écoles, abris sécurisés, facilitation du stationnement vélo, ateliers d’entretien…)
  • Soutenir la mise et remise en place des haltes ferroviaires à Longvic et Neuilly les Dijon
  • Soutenir l’auto-partage et le co-voiturage dans l’ensemble des quartiers et des communes de la métropole
  • Améliorer les conditions de la marche à pied (meilleure signalétique, élargissement des trottoirs)
  • Réguler l’utilisation des trottinettes et tout autre nouveau mode de déplacement motorisé
  • Promouvoir et faire respecter l’exemplarité sur le “stop au ralenti” (moteurs qui tournent lors de période de stationnement)
  • Communiquer sur les données de qualité de l’air fournies quotidiennement par ATMO Bourgogne-Franche-Comté pour inciter au changement des comportements.

Une ville exemplaire en matière d’économie responsable, respectueuse des hommes et de l’environnement

Dijon adaptée au XXIeme siecle
  • Mettre en place la filière locale des matériaux de construction biosourcés, créatrice d’emplois, de la conception des matériaux, leur production et jusqu’à la construction.
  • Approvisionner l’unité de production et de distribution d’hydrogène avec la future centrale photovoltaïque.
  • Donner la priorité au champ de l’entreprenariat social et solidaire et de l’innovation sociale dans les politiques économiques, afin de soutenir un champ créateur de nombreux emplois locaux et au service des habitants.
  • Soutenir l’économie de proximité, avec nos TPE/PME ancrées dans le territoire. Elles créent de l’emploi  non délocalisable et  leur valeur ajoutée est réinvestie sur le territoire. 
  • Mieux accompagner les projets citoyens et associatifs, qui favorisent le lien social et luttent contre la pauvreté. Les subventions doivent être considérées comme un investissement et pas comme un simple coût financier.
  • Favoriser la création de tiers-lieux, pour une économie collaborative permettant à des porteurs de projets culturels et écologiques de se rassembler, et de mutualiser leurs compétences.
  • Mettre en place des obligations sociales et environnementales dans les appels d’offres de la ville et de la métropole afin de favoriser les entreprises qui sont engagées dans une démarche de responsabilité sociale et environnementale.
  • Créer le pôle Développement Durable, service transversal spécialisé dans l’ESS, la RSE et la transition écologique rattaché à la Direction Générale des Services, qui aura pour mission d’apporter son expertise dans toutes les actions menées par les services. Cela garantira un décloisonnement au sein des services de la ville et de la métropole.
  • Favoriser les dynamiques d’investissements citoyens dans des projets d’énergies renouvelables 
  • Favoriser un partenariat avec les établissements d’enseignement en économie (BSB, UB,…)  pour renforcer leurs travaux de recherche sur l’économie responsable et la sensibilisation des étudiants. Il devient urgent de favoriser un changement de paradigme dans l’apprentissage de l’économie et de l’entreprise. De nombreux professeurs sensibilisent déjà les étudiants à ces changements mais cela est encore insuffisant. Nous souhaitons accélérer cette dynamique pour faire de Dijon une référence dans ce domaine
  • Soutenir le déploiement de la monnaie locale en rendant possible le paiement de services publics municipaux par exemple. Utiliser une monnaie locale c’est redonner du sens aux actes d’achat en valorisant les commerçants locaux et les entreprises éthiques. C’est également promouvoir les circuits alimentaires de proximité plus respectueux de l’environnement.
  • Accroitre la visibilité des Journées de l’Economie Autrement qui ont lieu chaque année à Dijon, afin de sensibiliser les dijonnais non-initiés à l’ESS ainsi que les jeunes, mais aussi de placer Dijon comme une référence nationale sur ces thématiques
  • Accroitre l’impact des Journées de l’Economie Autrement, notamment par l’organisation de journées d’émergence de projets répondant aux besoins des dijonnais(es) en réunissant tous les acteurs du territoire
  • Mettre en place un dispositif incitatif pour récompenser les entreprises vertueuses en terme de responsabilité sociale et environnementale
  • S’appuyer sur les associations regroupant les employeurs dans les Zones d’Activités et les unions de commerçants. Ensemble, nous renforcerons les dynamiques permettant de lutter contre les GES (co-voiturage, télé-travail, RSE, etc)
  • Soutenir les initiatives de reprise d’entreprise par les salariés

Pour une alimentation saine pour tous

  • Soutenir la filière biologique locale par l’installation de maraîchers, la création de « pépinières », et le soutien à la vocation agricole et sociale du « quartier des Lentillères ».
  • Créer rapidement une légumerie pour fournir les cuisines collectives du territoire en légumes bio & locaux. Cela permettra de soutenir les producteurs locaux et de pérenniser les filières.
  • Offrir 100% de bio dans les cantines scolaires en 2026
  • Instaurer à la prochaine rentrée deux repas végétariens par semaine et une alternative végétale en option les autres jours.
  • Tendre également vers le 100% de bio dans les crèches, les repas portés à domicile pour les seniors et les “pots de l’amitié” offerts par la mairie
  • Rendre accessible aux foyers modestes l’achat de produits bio et locaux en s’inspirant d’un concept qui fonctionne ailleurs.
  • Intégrer la gouvernance du Système d’Alimentation Durable 2030 afin d’y garantir la participation citoyenne ainsi que la rigueur et l’indépendance du label “Dijon-agroécologie”
  • Rénover et étendre l’utilisation des Halles Centrales (toute la journée, toute la semaine)
  • Créer avec les habitants des jardins collectifs et participatifs dans tous les quartiers dans un but de production et de lien social

Dijon « zéro déchet / zéro gaspillage

Une véritable politique écologiste a comme objectif de réduire les déchets permettant ainsi tout à la fois de créer de l’emploi local grâce au développement de circuit court de recyclage et de réemploi, de préserver nos ressources, de diminuer les dépenses puisque l’incinération coûte plus cher que le recyclage

  • Promouvoir la politique du « zéro déchet à la source » avec une communication en faveur des produits en vrac, de la réutilisation des contenants, la généralisation de la collecte des biodéchets 
  • Mettre en oeuvre une tarification incitative sur la collecte des déchets non recyclables
  • Généraliser dans les cantines, l’utilisation des barquettes inox à la place des plastiques, l’installation de tables de tri et la valorisation des biodéchets.
  • Redistribuer les barquettes non consommées au profit de la Banque alimentaire via une logistique écologique du type vélo-cargo.

L’eau, un bien commun à protéger 

Prévenir coûte bien moins cher que guérir, pour l’eau comme pour le reste. Grâce à une politique de prévention, nous pourrons améliorer la qualité de l’eau

  • Soutenir la conversion vers le bio des producteurs installés sur les zones de captage de l’eau potable. Cela permettra de réduire les coûts de traitement de l’eau.
  • Systématiser la récupération d’eau auprès des bâtiments publics notamment des groupes scolaires

Pour le respect du vivant

  • Créer  une délégation à la condition animale pour prendre en charge la gestion quotidienne des animaux domestiques et sauvages en ville
  • Renforcer le plan biodiversité mis en place en 2014 en impliquant davantage les habitants dans les actions de reconquête et de préservation de la faune et de la flore.
  • Préserver les pollinisateurs par une politique encore plus volontariste. Il s’agira de permettre aux pollinisateurs sauvages et abeilles domestiques d’avoir des ressources alimentaires suffisantes sur le territoire. Par ailleurs, cela nécessite l’accompagnement dans les changements des pratiques agricoles.
  • Ouvrir les parcs pour chiens afin d’offrir des espaces de liberté et encourager les bonnes pratiques
  • Créer des pigeonniers pour contrôler leur reproduction et les nourrir sans impacter le cadre de vie
  • Lancer un plan de stérilisation générale des chats dits « de rue ».
  • Rénover la ferme animalière du Parc de la Colombière dans le cadre plus global de revalorisation du Parc
  • Créer un cimetière pour animaux qui sera un lieu de mémoire et de recueillement pour aider au travail de deuil à la mort de nos compagnons de vie

Une Ville qui rayonne par son engagement

  • Développer fortement le recours à des fournisseurs d’électricité 100% renouvelable dans les établissements de la ville et de la métropole
  • Développer une campagne de communication construite sur l’exemplarité écologique de la Ville grâce aux mesures que nous aurons développées
  • Diminuer davantage la publicité pour faire de Dijon une ville apaisée et reconnue comme telle
  • Signer l’appel des Villes lancé par ICAN pour soutenir le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et pour affirmer le droit aux habitants des villes de vivre dans un monde libre de la menace nucléaire (Paris, Manchester,Munich, Berne, Toronto, Saragoza, Oslo, Baltimore, Dortmund…)

CLIQUEZ ICI POUR DECOUVRIR NOS PROPOSITIONS POUR UNE VILLE PLUS SOLIDAIRE

CLIQUEZ ICI POUR DECOUVRIR NOS PROPOSITIONS POUR UNE VILLE AU SERVICE DE SES HABITANTS